La phrase du jour ( J – 41)

De Steve Job qui s’y connaissait sans doute un peu dans l’art de générer des nouveautés :

« Ça n’a pas de sens d’embaucher des gens intelligents et puis de leur dire quoi faire.

« Nous embauchons des gens intelligents pour qu’ils nous disent quoi faire ».

Bon, n’est évidemment pas Steve Job qui veut… et le réflexe premier de nos managers 1.0 est, la plupart du temps, de recruter des femmes et des hommes à tout le moins à leur égal, voire même un peu ternes de manière à ne pas se retrouver dans leur ombre…

Le monde politique regorge d’exemples de ce genre et je ne vous ferai pas l’affront de vous citer des noms  Smiley très petit

J’ai ainsi rencontré dans ma carrière une personne qui assumait un poste de direction et compensait son physique ingrat par une forme de management disons ‘autoritaire’. Elle avait même poussé le mimétisme jusqu’à engager d’autres personnes dans sa garde rapprochée, dont le physique était au moins aussi ingrat que le sien ; l’image générale en était surprenante !!!  Pauvres femmes qui en plus de devoir être brillantes (mais vous l’êtes toutes n’est-ce pas ♥♥♥) se doivent d’avoir un physique à la hauteur de leur intelligence.

Cela me rappelle aussi, dans une vie antérieure, un boulot pour lequel j’ai été engagé comme responsable administratif et financier avec pour mission de redresser les finances particulièrement délabrées. La Directrice était une infirmière et elle a pris le risque d’engager quelqu’un de nettement plus compétent qu’elle sur les plans administratif et financier prenant en cela le risque de se voir supplantée dans son rôle d’autorité.

Respect.

A l’inverse, dans l’administration, on recherche à recruter des éléments brillants et, dans le même temps, on multiplie les procédures, les règles, les dispositifs dans l’objectif , louable sans doute, est d’éviter les dérapages…. Et donc, ces cadres compétents se trouvent en permanence barrés par des procédures sclérosantes…

Antinomique n’est-il pas ?

J’invite alors toutes les personnes en charge de responsabilités dans nos entreprises à réfléchir à la stratégie à mettre en oeuvre pour recruter (et aussi retenir) les meilleurs éléments, ceux qui leur seront fidèles et apporteront le meilleur d’eux-mêmes.

Aujourd’hui, l’évolution des connaissances et des technologies est tellement rapide que les entreprises doivent, en permanence, disposer des compétences les plus pointues dans tous les domaines et, pour ce faire, s’associer les meilleurs éléments.

Aujourd’hui aussi, les générations Y et Z vont clairement monnayer leur intelligence et leur force de travail en termes de satisfaction au boulot… je vous invite à visionner cette vidéo

Et les managers 1.0 vont transpirer.

Bon dimanche mes amis.

 

 

L’effet cobra

Ajout d’une nouvelle catégorie sur mon blog : Gestion ; j’y mettrai des réflexions sur la matière de la gestion des entreprises.

Aujourd’hui le thème que je souhaiterais aborder est « l’effet cobra » ou comment des incitatifs peuvent être pervertis et donner le contraire de ce que l’on souhaite obtenir.

Un peu d’histoire : cela se passe en Inde colonialiste, les autorités anglaises estimaient qu’il y avait trop de cobra dans la ville de Delhi… Elles ont alors promis une récompense pour chaque tête de cobra rapportée… La mesure a connu un franc succès jusqu’à ce que les autorités se soient rendu compte qu’il existait des fermes dans lesquelles les cobras étaient reproduits.

De la même manière l’histoire des rats dans la ville de Hanoï… Le nombre de rats était tel qu’il fallait procéder à leur élimination. Les autorités ne pouvant exiger d’apporter le cadavre de rat, ont demandé à la population d’en rapporter la queue…. Ce qui devait arriver arriva, la population de rats sans queue a proliféré et ils ont continué à se reproduire.

Dans les deux cas, on se trouve devant la situation d’une décision dont on n’a pas expliquée les objectifs réels et donc chacun a essayé de maximiser ses gains au prix d’un minimum d’efforts.

Proposer un incitant pour faire en sorte que les choses évoluent favorablement est sans conteste une bonne méthode pour atteindre un objectif. Néanmoins, si ces incitants ne s’accompagnent pas d’une explication précise des motifs pour lesquels elle est mise en place, il y a fort à parier que les personnes concernées agiront pour rentabiliser au maximum leurs démarches.

Alors, deux démarches doivent être entreprise quand on souhaite mettre en place un incitant pour atteindre un objectif :

  1. Expliquer clairement l’objectif poursuivi aux personnes auxquelles  s’adresse cet incitant cela évitera, à tout le moins, qu’il y ait confusion. Dans les cas présentés, il s’agissait évidemment d’éradiquer la prolifération d’animaux devenus nuisibles plutôt que de collecter des têtes de cobra ou des queues de rats…
  2. Mettre en place des indicateurs clairs qui permettent de suivre l’atteinte des objectifs ; dans notre cas, c’eut clairement été : la diminution de la population de rats par km².

Alors, avant de mettre en place des incitants pour atteindre des objectifs, assurons-nous que nos collaborateurs ont bien compris les objectifs poursuivis et y adhèrent et que nous avons bien identifié les indicateurs précis qui nous permettront de vérifier l’atteinte de ces objectifs.

Bon dimanche mes amis.