La phrase du jour ( J – 118 )

« Les vacances, c’est de n’avoir rien à faire… et d’avoir toute la journée pour le faire !!! »

Joël BASTIT, propriétaire du camping ‘Le champ de Guiral’ à Prouilhac, 46.300 Gourdon  www.vacancesnaturiste.com

Bon, ce n’est peut être plus le moment de parler de vacances alors que la plupart d’entre nous recommence à bosser dès demain matin !!! (pour rappel aux personnes avec qui je travaille… en ce qui me concerne, ce ne sera pas avant mercredi matin !!! qu’on se le dise).

Et je me demande s’il en sera ainsi pour ce qui concerne la retraite ???

Mais ne dit-on pas que les retraités sont encore plus occupés que les gens actifs ???

Alors, si nous essayions la paresse ?

A la suite de Paul Lafargue, je revendique ‘Le Droit à la paresse’ ; un ouvrage paru en 1880 et actualisé en 1883, vous allez voir combien il est resté d’actualité, je ne résiste pas au plaisir de vous en citer quelques passages (je vous avoue que j’ai puisé les citations sur le site WIKIPEDIA et un peu recomposé la structure de la présentation) :

« Je veux rendre toute puissante l’influence du clergé, parce que je compte sur lui pour propager cette bonne philosophie qui apprend à l’hom­me qu’il est ici-bas pour souffrir et non cette autre philosophie qui dit au contraire à l’homme : « Jouis ». »

Adolphe Thiers, 2ème président de la République française du au

Pour lui, ce sont donc « les prêtres, les économistes, les moralistes » qui sont à l’origine de cet amour absurde du travail.

Cela commence bien !!! mais, plus loin, cela prend une toute autre tournure :

« Pour qu’il parvienne à la conscience de sa force, il faut que le prolétariat foule aux pieds les préjugés de la morale chrétienne, économique, libre penseuse ; il faut qu’il retourne à ses instincts naturels, qu’il proclame les Droits de la Paresse, mille et mille fois plus sacrés que les phtisiques Droits de l’Homme concoctés par les avocats métaphysiques de la révolution bourgeoise ; qu’il se contraigne à ne travailler que trois heures par jour, à fainéanter et bombancer le reste de la journée et de la nuit. »

« Paressons en toute chose, hormis en aimant et en buvant, hormis en paressant. » (Citation de Lessing (*), reprise par Paul Lafargue)

Si vous voulez vous imprégner de cette conception du travail, vous pouvez lire le livre, il est disponible gratuitement au format Kindle sur Amazon.com en suivant ce lien.

Personnellement, je ne suis pas sûr de souscrire entièrement à cette dernière manière de voir les choses même si je crois que le travail reste particulièrement dangereux… N’a-t’on d’ailleurs pas plus souvent des accidents de travail que des accidents de repos ? (celle-là est de moi et vous pouvez la reproduire comme vous voulez  ).

Passez un beau et bon dimanche après-midi avant de recommencer à travailler mes amis.

(*) Ecrivain, critique et dramaturge allemand (voir aussi WIKIPEDIA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vérifier que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.