Bonsoir mes amis,

Je lis ce soir le blog de Bruno Colmant et plus particulièrement un article qui s’intitule « Un monde se dérobe ». Je vous invite à le lire ICI

Je relève cette phrase du philosophe Stefan Zweig qui me semble refléter complètement la situation actuelle :

« C’est une loi inéluctable de l’histoire qu’elle défend aux contemporains des grands mouvements qui déterminent leur époque de les reconnaître dans leurs premiers commencements ».

Espérons que nous les reconnaîtrons plus tard…

Mais, au moins, soyons conscients que nous ne voulons pas vraiment connaître ces mouvements qui, de toute manière et de par leur complexité, nous échappent largement.

Merci à Bruno Colmant ; je vous invite à le suivre sur son blog et sur Twitter  @BrunoColmant.

Bon courage et bonne soirée mes amis.

Je suis fier et heureux d’être économiste

 

J’ai le plaisir et la fierté d’exercer le métier d’économiste depuis 40 ans à peu près jour pour jour (mon diplôme de licencié et maître en sciences économique et sociales date en effet du 10 octobre 1975 !!!).

Le mémoire que j’ai rédigé à cette époque s’intitulait « Les indicateurs sociaux : un nouvel outil économique ? » et il a été rédigé sous la supervision Jean RAES, sociologue, qui ne manquait pas de bousculer l’establishment. En atteste cet article publié le 12 septembre 1992 par le journal ‘Le Soir’ sous la plume de Pierre Hermans et qui résume assez bien je crois le caractère « de personnage engagé d’anticonformiste réfléchi et d’analyste corrosif de notre société » du révérend père Jean Raes sj (vous retrouverez cet article ici).

Vous comprendrez donc que, pour moi, l’économie représente beaucoup plus qu’une somme d’algorithmes qui réduisent l’activité humaine à la somme des décisions individuelles de ceux qui composent la société (la ‘main invisible’).

Alors, vous comprendrez aussi sans peine que j’ai eu un immense plaisir à lire un article sur le blog de Bruno Colmant ; je vous invite vraiment à le lire ici.

Il s’intitule ‘Etre un économiste’

Et je ne résiste pas au plaisir de vous citer cette phrase extraite de cette réflexion.

Je la partage sans la moindre réserve :

 » Etre un économiste, c’est arrêter le temps. C’est prendre le temps de la réflexion, du recul. C’est se mettre en retrait des cavalcades. C’est surtout apprendre la sagesse dans l’écoute. C’est quitter la mathématique pour entrer dans les territoires indécis de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie des foules. C’est s’extraire de la fluence des hommes. C’est aussi, surtout, façonner le partage d’une intuition qui est offerte à la critique. »

Je nous souhaite tant de modestie et le monde s’en portera mieux !!!

Bonne soirée mes amis