Brûler ses vaisseaux (J – 252)

C’est un article que je conserve depuis longtemps dans mes brouillons.

Ce n’est pas un thème facile à aborder et puis, il a fallu du temps pour que les choses se mettent en place et donc il m’a aussi fallu du temps pour me décider à le publier.

Le voici donc.

Mais un peu d’histoire d’abord

bruler-ses-vaisseaux.jpgIl est impossible de savoir exactement d’où vient cette expression (ni d’ailleurs la peinture qui illustre cette réflexion. Si vous avez des informations, n’hésitez pas à me les communiquer).

Agathocle de Syracuse conquérant du IVe siècle avant Jésus-Christ (plus d’information ici), lorsqu’il s’attaqua à Carthage en Afrique du nord, après y avoir débarqué ses troupes, fit brûler ses navires afin de s’assurer qu’il n’y aurait pas de retour possible.

On en parle aussi à propos de Cortès En 1519, en provenance de Cuba, Cortes débarque sur la côte du Mexique. Il n’est pas le premier : le Yucatan a déjà été découvert, et il n’a pas de mandat bien précis de la couronne espagnole ou du Gouverneur de Cuba. Mais le pays regorge d’or, et Cortes est ambitieux. Il décide de le conquérir. Certains de ses lieutenants approuvent son projet. D’autres le récusent. Son expédition n’est pas importante en nombre, quelques centaines de soldats, aussi ne peut-il pas se permettre d’en voir une partie refuser de le suivre. Il ordonne alors de rendre inutilisables les vaisseaux sur lesquels ils sont arrivés.

Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que l’expression ‘brûler ses vaisseaux’ apparaît, avec le sens figuré qu’on lui connaît, par référence à ce comportement.

Bon, je vous avoue que je suis allé chercher ces informations sur Expressio.fr

Plus près de nous hélas, on a vu à de nombreuses reprise des migrants, détruire leurs bateaux quand ils arrivent sur les rives d’un de nos pays européens de manière à être certains de ne jamais faire le chemin dans l’autre sens.

 

Et pourtant, c’est devant que l’on va (d’ailleurs, les voitures ont des rétroviseurs mais on ne les utilise que de manière très brève), et, pour la route, il faut pouvoir voyager léger !!! mais , à toujours vouloir tout garder, on s’encombre de tas de choses inutiles et le sac à dos devient lourd à porter…

On s’imagine toujours nécessaire (indispensable ???) aux enfants, aux voisins, aux anciens collègues,… et pourtant, les cimetières sont remplis de gens indispensables.

Notre histoire (pourquoi ne pas parler de passé ???)  nous poursuit et nous pèse.

A l’image des régimes (je vous avoue que j’ai dû aller retrouver ce mot au dictionnaire, il était (malencontreusement ???) sorti de mon vocabulaire :-)) que certains s’imposent avant l’été, il faut de temps en temps s’imposer des décisions pour éliminer tout ce qui nous encombre et ne plus traîner le boulet du passé.

C’est quand qu’on décide de changer ???

Alors, durant ces dernières vacances (qui sont aussi mes dernières ‘grandes vacances’), nous avons décidé de vendre notre maison en Belgique pour nous installer définitivement en Ardèche, à Sanilhac (si les choses se mettent comme on l’espère !!!)…

C’est pour nous une manière de brûler nos vaisseaux (même si l’on sait qu’il sera toujours possible de revenir en revendant en France ou en se faisant héberger, le temps d’un court voyage, chez l’un ou l’autre de nos enfants ou encore dans un gîte comme le font nos voisins de France).

Je vous avoue que ce ne fût pas (à tout le moins pour ce qui me concerne), une décision facile à prendre…

C’est donc un nouveau défi qui s’ouvre à nous, une nouvelle vie qui va commencer dans les prochains mois… Je vous tiendrai informés.

Bonne soirée mes amis

 

Visiteur du soir…. bonsoir

Dans les tout premiers jours de nos vacances, nous avons eu droit à la visite de la reine de l’été… retrouvez la ici.

Ce soir, c’est un tout autre visiteur (une visiteuse ???) qui nous a rejoints.

Surprise quand, durant le souper (oui je sais, en France on dit dîner), nous avons reçu la visite subreptice de cette petite grenouille… Mais est-ce bien une grenouille ? Merci aux personnes compétentes de nous donner les informations nécessaires.

20150807_211933            20150807_211850

Ces deux photos sont prises avec le flash de l’appareil, la photo d’en-tête de l’article est prise sans flash.

C’est formidable de voir ces ventouses qui lui permettent de ‘coller’ au matériau sur lequel il (elle) se trouve.

Je connais une de mes filles qui ne va pas trop apprécier 🙂

Allez, aujourd’hui encore, la température a flirté avec les 40 °….difficile de faire quoi que ce soit dans de telles conditions climatiques.

A 22 heures, la température est encore de 27°.

Dure dure la vie.

Bonne nuit mes amis.

Cinéma en plein air

Le Comité d’animation de Sanilhac a organisé hier soir une séance de cinéma en plein air.

Nous avons donc convenu avec nos voisins de passer la soirée au cinéma… chiche !!!

Et comme toute soirée cinéma qui se respecte, nous l’avons commencée par un petit souper (pardon, en France on dit dîner !!!) pizzas…C’est tellement bon quand on ne doit pas préparer soi même.

Bref, à 21 heures, nous voici rendus sur la place du village.

Des rangées de sièges et les gens qui commencent à arriver…Tout le monde connaît tout le monde et nous ne tardons pas à rencontrer d’autres connaissances du village.

Au niveau technique, il faut savoir que l’écran ressemble à un château gonflable… Assez marrant.

Le projecteur est logé dans une camionnette…

Voici des photos qui vous donneront une meilleure idée de la situation.

20150805_205834                    20150805_205905

Une vraie séance de cinéma avec des tickets en 2 parties comme au bon vieux temps (pas moyen évidemment ni de réserver et encore moins de payer par Internet). La vie de village.

Je vous rassure de suite, au moment du début de la séance, vers 22 heures, toutes les places étaient occupées… Pas loin de 100 personnes.

 

Quant au film, il s’agissait de ‘Pourquoi j’ai pas mangé mon père’ de et avec Djamel Debouse. Un film sorti en avril 2015,entièrement tourné en Motion capture (pour en savoir plus sur cette technique de cinéma, je vous propose de voir cet article sur Wikipédia). Les effets sont saisissants !!!

421450.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est l’histoire trépidante de Edouard, fils aîné du roi des simiens qui, considéré à sa naissance comme trop malingre est rejeté par sa tribu grandit, loin d’eux, auprès de son ami Ian et, incroyablement ingénieux, découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même… l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité… celle où l’on ne mange pas son père. (suivant le synopsis proposé par Allociné).

Notons au passage de nombreuses répliques savoureuses et surtout, la présence d’un personnage qui imite génialement les mimiques et grimaces de Louis De Funès.

Une bien agréable soirée sous un ciel merveilleusement étoilé et une douceur toute ardéchoise.

Bonne après-midi mes amis.

Cela étant, si vous souhaitez aller voir ce film avec vos enfants, sachez qu’il y a pas mal de scènes impressionnantes et que le personnage de la sorcière est parfois… effrayant.